Syndrome d’Asperger, idées reçues sur l’absence d’empathie & la violence

Syndrome d'Asperger, idées reçues sur l'absence d'empathie & la violenceC’est d’actualité ces jours-ci puisque les journaux reparlent du cas Adam Lanza, l’auteur de la tuerie de Newtown aux Etats-Unis  :roll:

Le geste fou & incompréhensible de ce jeune homme, présenté comme aspie par les médias (l’est-il seulement ???), jette fortement l’opprobre sur le syndrome d’Asperger dans l’inconscient collectif.

On mélange tout : tueur en série, schizophrène, aspie, asocial, psychotique, névrosé… alors qu’il est déjà si difficile d’avoir des articles avec une présentation juste du seul SA.  Ce qui donne nombre d’articles d’une bêtise abyssale, reprenant tour à tour les mêmes erreurs grossières, répétant les mêmes amalgames encore & encore  :down:

Il avait déjà été question de la confusion autour du manque d’empathie légendaire des aspies (qui existe essentiellement dans la vision caricaturale que se fait le grand public du syndrome d’Asperger) en octobre dernier, sur France Inter.

En effet dans l’émission Service Public du 16 octobre 2013, le psychiatre Serge Hefez, responsable de l’unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant & de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, était revenu sur les propos tenus par un collègue le 10 octobre 2013, lors d’une émission consacrée aux serial killers.
Ses déclarations avaient suscité bien des réactions chez les auditeurs connaisseurs des troubles du spectre autistique &, immanquablement, crée une polémique.

J’ai trouvé intéressant de reprendre ce que le Dr Hefez avait déclaré pour briser ces idées fausses. Voici sa mise au point, que j’avais beaucoup appréciée :

Serge Hefez : Comme souvent à la radio, on chercher à aller un peu vite & ça risque de créer des amalgames. De fait mon confrère est passé un peu rapidement de l’absence d’empathie des tueurs de masse à la schizophrénie, puis au syndrome d’Asperger, alors que ces phénomènes n’ont rien à voir les uns avec les autres.

  •  la schizophrénie est une maladie mentale, une psychose qui associe le délire avec la perte de contact avec la réalité
  • le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme, une atteinte neurologique classée dans les Troubles Envahissants du Développement & qui porte sur la façon dont le cerveau traite les informations

En résumé, les enfants Asperger ne comprennent pas l’expression des émotions chez les autres, ils maîtrisent très bien le langage, ils ont une intelligence normale,  voire supérieure, mais ils ont du mal à communiquer car ils ne comprennent pas l’implicite, les images, les métaphores. Vous savez tout ce “comme si” qui est à la base du jeu relationnel avec les autres. Ils prennent tout à la lettre & ne saisissent pas les règles du jeu social.
Par exemple ils pourraient parler pendant des heures d’un sujet qui les passionne, comme les horaires des trains,  sans voir que les autres ne s’y intéressent pas. Ils sont donc plutôt exposés aux moqueries & au rejet des autres enfants.

Serge Hefez, psychiatreGuillaume Erner, sociologue & présentateur de l’émission Service Public intervient : « Donc ce serait plutôt eux, Serge Hefez, qui seraient exposés à la violence d’autrui ? »

Serge Hefez : Tout à fait. Et ils ont bien du mal à y répondre.
Ils sont en général gentils & naïfs, incapables de mentir, très soucieux des règles ; & s’ils peuvent comme tout le monde faire des crises de colère, ils vont plutôt retourner la violence contre eux & se faire du mal.

En fait cet amalgame entre Asperger & violence est né au moment de la tuerie de Newtown il y a un an. Une source policière avait déclaré que le jeune Adam Lanza, qui avait massacré froidement 26 personnes, dont 20 enfants, souffrait de ce syndrome. Je ne sais si c’est le cas, mais il serait alors l’exception qui confirme la règle : la violence envers les autres n’est absolument pas une caractéristique de ce handicap.
Un peu comme si, tout proportion gardée, on pensait que tous  les Asperger sont des pianistes de génie sous prétexte que Glenn Gould souffrait vraisemblablement de ce syndrome.

Guillaume Erner : « Mais alors pourquoi Serge dit-on que les tueurs en série sont incapables de s’identifier aux autres, qu’ils sont totalement dépourvus d’empathie ? »

Serge Hefez : Et bien ça n’est pas tout à fait la même chose car il existe 2 formes d’empathie.

  • la 1ère, l’empathie cognitive, consiste à reconnaître les émotions que ressent une autre personne selon les variations du ton de sa voix, selon les expressions de son visage (c’est un peu les expériences que l’on a eu ce matin). Les autistes sont incapables de cette empathie, mais les psychopathes, les tueurs en série, eux savent déchiffrer les émotions d’autrui & même s’en servir, en tirer profit. Ils sont dans un mépris total des autres parce qu’ils pensent être rejetés, ils ruminent un sentiment de rancœur qui les rend insensibles à la douleur d’autrui
  • l’autre forme d’empathie est une empathie émotionnelle, c’est la capacité à partager les émotions, & c’est cela dont les tueurs en masse sont incapables. Tandis que lorsqu’un autiste perçoit l’émotion d’une autre personne, son ressenti est plein, entier, direct. Il partage les émotions comme les autres enfants & souvent avec beaucoup plus d’intensité

A écouter à partir de 45’45 :

La question de l’empathie – ou plus exactement, le postulat de son absence totale – revient vraiment très souvent par e-mail ou via la messagerie de la page Facebook du blog  8O

Je crois que beaucoup de gens imaginent de façon relativement simpliste (parce que le SA est toujours peu connu en France) : « Asperger = zéro empathie », un peu à la manière d’un robot sans émotion !?  :fbhum:

Or, c’est non seulement bien plus compliqué & plus subtil dans l’absolu, pour tous les Asperger ! … mais quand en plus l’aspie en question présente un haut QI (≥ 130), voire un très haut QI (≥ 145), les traits caractéristiques du haut potentiel intellectuel se mélangent & viennent encore complexifier le tableau  o.O


Je cumule THQI & syndrome d’Asperger. J’ai un score TERRIBLEMENT faible aux tests de Quotient Empathique. Mais croyez-moi, je ressens extrêmement fort la souffrance chez les autres personnes comme chez les animaux. Seulement, je n’aurai pas vraiment les moyens de manifester ou répondre à ce ressenti (qui peut pourtant aller jusqu’à me perturber tant il est fort & envahissant) de la manière « attendue », c’est à dire, de la façon espérée par les gens classiquement  :!:

C’est pourquoi les quelques explications de Serge Hefez sur les 2 formes d’empathie sont vraiment une bonne chose à mon sens. Il faudrait que ces nuances soient entendues régulièrement pour avoir une chance d’être intégrées une bonne fois pour toute lorsqu’il est question du SA dans la presse, les médias, les films (à noter que le merveilleux film « My name is Khan » avait déjà une vision extrêmement juste de cette empathie bien présente chez les aspies).

Alors seulement, le syndrome d’Asperger sera peut-être un peu mieux compris, dans toute sa complexité  :)

Ce contenu a été publié dans A la radio, Journal d'une Aspergirl, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

32 réponses à Syndrome d’Asperger, idées reçues sur l’absence d’empathie & la violence

  1. J’ai aussi bien aimé les explications simples et concises de S.H.
  2. Lydie dit :
    Merci pour toutes ses explications et notamment la distinction sur les deux empathies. Si j’ai bien compris les hypersensibles ont les deux puissance 1000 ? :cry: Pas facile à gérer non plus. :fbhum:
  3. OdD dit :
    C’est exactement ça, et moi-même, jusqu’à cette distinction explicitée par Serge Hefez, je n’arrivais pas à me comprendre : comment expliquer qu’on me reproche constamment de manquer d’empathie, alors que la souffrance des autres m’impacte tellement fort qu’elle peut me “démolir” pendant des heures, et m’obséder par flash pendant des semaines, voire des mois ?
    Ouf, maintenant, je comprends : je ne sais pas décoder les signaux des “normaux” quand ils attendent de moi que je compatisse.
    Je ne suis pas sûre que cette explication m’aidera à mieux les comprendre, mais, au moins, maintenant, je peux comprendre ce qui se passe en moi, c’est déjà ça !
  4. Zangao dit :
    Empathie…….. autant je peux rester “froid” devant une personne en souffrance, autant que je peux ressentir la dévastation chez une autre personne qui n’en montre aucun signe.
    En revanche je ressens la souffrance et l’état émotionnel animal comme une sensation qui s’insinue en moi.
    Mais on apprends à faire “avec”.
  5. Lucile dit :
    Constaté ici à quel point l’empathie pouvait être forte alors que mon enfant n’était pas capable de savoir ce que pensait la personne ! Et pour rester dans cette compréhension littérale et les tueurs : une “blague” à ne pas faire à un asperger “ça va te tuer” ou tout ce qui peut être lié, c’est une peur terrible qui s’insidue alors !
  6. Charlotte dit :
    Je pense qu’une personne ayant un TSA a plus de chance a des dispositions pour être musicien à cause de la plus grande discrimination perceptive des sons. En revanche, la violence n’a rien à voir avec notre handicap, même s’il est vrai que l’on peut se retrouver dans des situations pas simples où l’on vit des violences, et là, nous sommes comme tout le monde, nous avons tous les choix de réaction, comme toute personne.
  7. Dean dit :
    Un peu agacé par l’emploi du verbe “souffrir”, s’agissant d’être Asperger. Certes la précision est la bienvenue, mais je juge la suivante indispensable, à un autre niveau : je souffre des amalgames, de la mauvaise compréhension du syndrome et des généralités concernant ses manifestations (j’ai appris à reconnaître les émotions des gens ; ça ne m’a pas empêché d’avoir mon diagnostic…) ; j’ai souffert et je souffre du fait d’être Asperger dans une société donnée, mais je ne souffre pas du syndrome d’Asperger. J’ajouterais que je souffre de voir ma différence réduite à ces clichés par quelqu’un supposé me défendre. Je comprends les analogies ; il m’arrive de parler par métaphore ; et si je suis effectivement beaucoup plus naïf que la moyenne, je ne prends pas “tout au pied de la lettre” et sais “faire comme si”. Les Aspies parmi mes amis sont dans le même cas. A quand des interviews de personnes directement concernées, pour démêler le vrai du faux ?
    • Dehorian dit :
      J’aurais pu écrire ça. Mot pour mot.

      Je suis un poète doué, parait-il. C’est en tout cas mon métier. La métaphore c’est donc un peu mon fond de commerce. Et j’y excelle. M’empêche pas d’être Asperger. Ceci dit la poésie comme l’autisme ne résument pas la personne que je suis.

      De même je ne vois pas mon autisme comme un handicap, bien au contraire. J’ai simplement la malchance de vivre dans une société à laquelle je ne suis pas adapté. Et ça m’attriste plus qu’autre chose. Pas pour moi mais pour… mouarf, le reste du monde, en fait. Parce que moi…

      Aujourd’hui j’ai volé dans l’azur au delà
      De la noire fumée des cheminées d’usines
      Et me suis élevé au dessus des tracas
      Embûchant les travées où la norme s’échine.

      Aujourd’hui j’ai piqué en plein dans un nuage
      A la pure blancheur de cette eau délivrée
      Des humaines lubies s’imposant en outrage
      Au commun du vivant, soumis et pressuré.

      Aujourd’hui j’ai joué à poursuivre le vent,
      L’espace d’un instant je me suis confondu
      A la force de l’air, senti le battement
      Du souffle de la terre où règne l’inconnu.

      Aujourd’hui j’ai plongé tête la première,
      Vers un asphalte noir, cette hideuse balafre
      Scarifiant le vert, souillant les rivières
      Où se noient les poissons victimes de nos affres.

      Aujourd’hui j’ai volé loin de tous les soupirs
      Échappant aux pantins ne sachant s’élever
      Là où le cœur est pur et où l’âme chavire,
      Gorgée de poésie, sublimée de beauté.

  8. Landry un albatros dit :
    Toujours pas compris. Je lis ici, lis ailleurs, fais des efforts, mais comprends pas !!!!
  9. Véronique dit :
    Bonsoir

    Je découvre ce site, qui m’intéresse beaucoup. Je ne sais quoi penser, comment déméler le faux du vrai. Je ne sais si moi-même je suis Asperger. Qu’est-ce qui permet concrètement de le savoir?
    Pourriez-vous me donner des pistes de recherches?
    Je vous remercie

  10. cécile dit :
    Bonjour,
    Merci BEAUCOUP pour cet extrait qui ENFIN met les choses au clair pour tous ceux qui, comme moi, pensent au SA tout en ayant l’impression de ressentir trop fort les autres mais se heurtent au cliché “SA = pas d’empathie”.
    Je dirais que chez les NT il y a l’émotion qu”ils ressentent (émotionnelle) et celle qu’ils donnent à voir (cognitive). Parfois ils masquent leur vraie émotion ressentie, les deux deviennent contradictoires, par exemple (vécu) l’inconnu qui vient parler “gentiment” mais qui en fait dégage une intense envie lubrique. Moi, dans ce cas, je ne perçois que l’émotion vraie et ne peux que partir en courant…
    • Coquet dit :
      C’est notre force, ce qui nous permet de réagir froidement et méthodiquement face à une situation. Un exemple, un enfant se blesse notre retard à exprimer l’empathie impulse une conduite précise et efficace. Cela nous permet aussi de prendre du recul, de ressentir, d’observer. Cela m’a aidée à échapper à des situations dangereuses pour une enfant et à me taire car intuitivement j’anticipais la réaction des adultes. Je ne manque pas d’empathie, j’en ai trop mais je la garde pour moi.
  11. Sophie Garcia dit :
    Merci…
  12. Maud Miran dit :
    L’empathie d’un(e) aspie se situe au niveau du cœur, pas dans la tête.
  13. lnuite dit :
    On m’a diagnostiquée trés tard mais j’ai pensé “alors,c’etait ça!” Dans ma vie j’ai souvent ressenti de l’empathie,alors que je pensais rester froide et distante,en surface. Un deuil de proches m’a donné de violents maux de tete et pertes d’equilibre. Je ne supporte pas voir la souffrance chez les animaux.Je suis incapable de cuire un crabe ou un homard et je pense que c’est pire justement avec les animaux privés de cris. Par contre ça m’a toujours ete égal qu’on ne m’aime pas pourvu qu’on me laisse tranquille.Je ne suis pas très capable d’aimer,je n’ai pas pu elever ma fille que j’ai eu trés tot.A present je l’aime plus que tout mais c’est trop tard. :x
  14. Goor Stéphanie dit :
    MERCIII!!!!
    Je suis maman d’un enfant de bientôt 11 ans… Reconnu Asperger il y a un peu plus d’un an. J’ai toujours été très étonnée de la sensibilité extrême dont il peut fairepreuve ( en regardant un dessin animé, il peut pleurer pour le personnage….) et le voir désemparé lorsque je salue quelqu’un de la main pour le remercier, il ne saisit pas le pourquoi.
    Cet difficulté m’a toujours étonnée car il se trouve être très sensible… Cette différence entre empathie cognitive et émotionnelle m’aide à mieux comprendre. De plus il est vrai que l’on dit toujours: autisme=incapacité d’empathie or j’en avais déjà perçu chez mon fils…
  15. solal dit :
    Merci…
    Tant d’incompréhension et de désespoir face à cette situation sur laquelle je ne pouvais mettre un mot. De la culpabilité aussi, de la remise en question. Pourtant, mon coeur est très sensible au fond et je mettais mes difficultés sur le compte d’une maladresse de communication. Sauf que le cumul des diagnostiques et les quelques recherches qui m’ont menées à votre article viennent de m’apporter du réconfort. J’ai une réponse. Merci merci.
  16. BeL13ver dit :
    Quand je pense qu’à l’université on me prenait pour un psychopathe !
    Désormais je comprends pourquoi…
  17. rose duncan dit :
    à Serge Hefez (si possible)

    C’est mon petit fils : 19 ans, plus un petit enfant, pas encore un adulte.
    il ne s’est jamais intégré à un groupe, n’a jamais eu d’amis. Je ne sais s’il est concerné par Asperger; il peut donner l’impression d’être tout à fait cool, dans la norme, avec un peu (ou beaucoup) d’excitation; mais également malheureux, ça fait mal.
    Je crains que parfois, par lassitude, par impuissance, on le laisse, y compris sa mère (ma fille) et moi ; il est fatigant. On ne peut s’empêcher de l’aimer ;
    Je crois qu’il le sait bien, ça ne l’encombre pas, il y compte. Sa vie à venir me soucie, son présent me peine pour lui – solitude inouïe – et pour sa mère.

    j’aimerais avoir un avis, un conseil. Merci

    • quahua dit :
      Peut être commencer à en parler avec lui? S’il n’y est pas hostile, proposer un suivi psychologique dans l’idée de se sentir mieux. Peu de chances qu’il dise oui d’emblée, mais l’idée peut évoluer dans sa tête et, petit à petit, devenir acceptable. Seul un médecin est habilité à faire un diagnostic, bien que la France (et la Belgique) souffrent d’un retard considérable en matière d’autisme. En France il existe des centres spécialisés par région qui sont à jour.
      http://www.egalited.org/ObtenirDiagnostic.html
      Le site est malheureusement très axé sur les enfants autistes puisqu’il vise à la promotion des diagnostics précoces, et il n’y a guère pas grand chose sur Asperger, encore moins chez les adultes.
  18. Antoine dit :
    Bonjour,

    /Dans la citation de Serge Hefez vous avez écrit “on chercher” à la place de “on cherche”/
    Comment faites vous pour supporter la violence extérieure?
    C’est terriblement insupportable, je me sent tellement perdu et profondément triste lorsque je suis en conflit avec quelqu’un qui ne comprend pas mes intentions…
    La violence extérieure, à mes yeux, bien souvent c’est le fonctionnement de la société entière.

  19. Gigant dit :
    mon fils de 34 ans n’a jamais été diagnostiqué mais quand je vais sur les forums, c’est comme si on le “racontait” ! je suis contente de comprendre enfin et en colère de ne pas l’avoir su plus tot… j’aurai pu l’aider et éviter de lui faire faire des choses en pensant que c’était pour son bien. On en parle tous les deux et il me dit qu’il ne m’en veut pas. Mais quand il était petit, si on m’avait dit, j’aurais été plus patiente ou je sais pas…
    • Edith Morel dit :
      Je ressens et dis les mêmes choses. Je suis dégoutée qu’ après toutes recherches faites auprès de psy.examens. médocs que personnes ne m’en ait parlé. Apparemment Ils ont beaucoup de retard en france. Mais le pir la je men veux beaucoup c’est que je croyais que mon fils 22 ans s’en foutait de tout. Il n’est pas trop tard je compte bien rattrapér mes erreurs et surtout tout faire pour qu’il se sente bien
  20. Gigant dit :
    en tout cas j”aimerai qu’il ne se sente pas seul et qu’il rencontre des personnes comme lui.
  21. Silbol dit :
    Merci merci merci ! La distinction entre les formes d’empathie m’a réconciliée avec l’item “ne ressent pas d’empathie” que l’on entend souvent, et dans lequel je ne me retrouve pas du tout. Et également pour dire que le tableau diagnostic typique présenté se retrouve peut-être chez les enfants, mais est inadapté pour décrire un adulte. En effet, j’ai 33 ans et je donne une apparence très adaptée, communiquante, etc. Mais ce que personne ne sait c’est que je calcule tout, j’anticipe tout, mes réactions “spontanées” ne le sont pas au sens commun du terme ; je fais aussi de la danse – on me dit que je dans très bien – mais tout passe par mon cerveau, le moindre mouvement est intellectualisé car “naturellement” je suis plutôt gauche dans mon corps… En clair, l’intellectualisation de tout mon quotidien me permet de donner une apparence adaptée à ce qu’on attend de moi, donc très peu de choses filtrent et je pense que personne ne se doute un instant de l’effort que ça me demande. Mais parfois “filtre” une réponse à côté de la plaque, une attitude qu’on juge déplacée, et là dans ma tête je me dis “zut j’ai relâché ma vigilance, pourtant je SAIS que ce n’est pas ça qu’il fallait dire/faire”. Mais comme je ne le RESSENS pas, cela demande une attention constante. J’espère pouvoir mieux vivre avec, maintenant que mon diagnostic a été confirmé par une équipe médicale.
  22. Anne B dit :
    J’ai 4 enfants dont 2 sont “atteints” par le syndrome d’Asperger.
    Il me faudrait des heures pour décrire les souffrances générées par le manque de compréhension de l’entourage face à ce qui est perçu comme un manque d’empathie et de l’agressivité. Pour quelqu’un de neurothypique comme moi, j’ai souvent noté une contradiction flagrante entre une apparente indifférence face à la sensibilité des gens et une réaction extrêmement émotionnelle vis à vis de la souffrance d’autrui.
    Je crois que le meilleur service que les personnes “normales” peuvent rendre envers les Aspies serait de les écouter. Ils ont énormément de choses à nous dire.
  23. Jayne dit :
    Bonjour, Beaucoup de membres de ma famille ont un profile d’asperger. Il ne faut pas voir les choses en blanc et noir, les asperger peuvent partager certains symptômes ou parfois ont beaucoup en commun avec les schizophrènes. Certains individus peuvent être violents, parfois uniquement pendant l’enfance lors des grosses crises d’humeur, par exemple. D’autres peuvent souffrir des TOCs focalisés sur la violence, certains peuvent “passer à l’acte” en tant qu’adulte, mais ce n’est pas la majorité. Bien avant Adam Lanza, c’est probable qu’Edmund Kemper, par exemple, est un asperger. Il y a des interviews avec lui sur Youtube qui sont très parlant. Bien sur, tout les aspergers ne sont pas violents mais certains, parfois, le sont.
  24. Danielle LeBlond dit :
    Peut-on être considéré comme avoir le syndrome d’Asperger si on n’a pas tous les 10 symptômes. Moi, mon problème c’est de sortir de la maison, rencontrer des gens, lier des amitiés, etc. Je suis bien chez-moi, je ne ressens pas le besoin d’échanger avec de nouvelles personnes. Je suis perfectionniste et je souffre d’anxiété sur une grande échelle. La perspective d’avoir à faire une sortie où je dois interagir avec des gens me ruine la vie. Je peux très bien aller à l’épicerie ou dans les magasins, faire mes achats car cela n’implique pas de m’investir auprès des gens. J’ai déjà travaillé dans un magasin “à bas prix” et j’ai dû laisser car ça m’a rendue malade.

    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  :sclaus:  o.O ;) :x :xmas: :up: :table: :sick: :round: :roll: :pumpkin: :pirate: :pff: :oops: :o :love: :like: :hum: :heart: :grr: :go: :gift:  :finger: :) :fbsad: :fbrire: :fbpff: :fbnerd: :fblove :fblol: :fbhum: :fbhugh: :fbho: :fbgreen: :fbcry: :fbblue: :fbangle: :fb^^: :fb;): :evil: :down: :cry: :^^: :P :D :?: :? :-)  :( :!: 8O 8)