[VIDÉO] Josef Schovanec et l’amour au “pays des autistes” (FranceTVInfo, décembre 2015)

[VIDÉO] Josef Schovanec et l'amour au "pays des autistes" (FranceTVInfo, décembre 2015)Le site FranceTVInfo a publié une interview de Josef Schovanec à l’occasion de la sortie de son nouveau livre : “De l’Amour en Autistan” paru chez Plon il y a quelques jours :)

Pour parler de ce nouvel ouvrage, Josef était l’invité de la journaliste Elise Lucet sur le plateau du 13 heures de France 2 en fin de journal, le 08 décembre 2015.

Cliquez sur la couverture pour ouvrir
les détails de De l’Amour en Autistan

L’article de France TV Info s’intitule « Josef Schovanec et l’amour au “pays des autistes” » :

Trois ans après “Je suis à l’Est !” qui l’avait fait découvrir au grand public, Josef Schovanec, autiste Asperger publie “De l’Amour en Autistan” chez Plon. Un livre de rencontres, d’itinéraires de vies qui renverse certaines idées reçues sur l’autisme. Josef Schovanec était l’invité du 13 heures de France 2.

Docteur et chercheur en philosophie et sciences sociales, parlant sept langues, Josef Schovanec est “une personne avec autisme atteinte du syndrome d’Asperger.” comme il se définit lui-même.

Avec lui, on découvre l’autisme avec d’autres yeux. Son premier livre, “Je suis à l’Est !” en 2012 avait rencontré un vif succès. Il a été suivi de : “Eloge du voyage à l’usage des autistes & de ceux qui ne le sont pas assez” toujours chez Plon.

Invité d’Elise Lucet dans le 13 heures de France 2, il est venu présenter son nouvel ouvrage “De l’Amour en Autistan“. “L’Autistan c’est le pays des gens autistes avec un petit parfum de rêve et d’Asie Centrale“. Comme Josef Schovanec a beaucoup d’humour, il s’empresse d’ajouter : “Ce n’est pas une cellule terroriste, par les temps qui courrent il faut le préciser !“. L’esprit de Jodef Schovanec est là, dans ce recul qui lui permet de proposer chaque dimanche matin sur Europe 1, une visite guidée de l’Autistan.

S’il a écrit ce livre, c’est “pour créer un électrochoc et montrer la vie intérieure des gens autistes, car pendant longtemps on a cru que cette vie était pauvre, stérile“. Il a rencontré pour celà plusieurs autistes, “des gens fabuleux“, qui lui ont permis de renverser cette idée reçue.

Dans son livre qui n’est pas un roman, il est question d’amour physique mais aussi d’amour du savoir et des livres. Josef Schovanecd retrace des itinéraires de vie extraordinaires comme celui de cet homme dont la langue maternelle est le latin.

Le véritable amour c’est de découvrir l’autre

L’ouvrage est un éloge de la différence : “Une société dans laquelle on serait le clône de l’autre serait une société très triste. On a besoin de gens bizarres, de gens divers, de saveurs pour nos sociétés tellement tristounettes“.

Et puis Josef Schovanec ajoute, un brin malicieux : “C’est une provocation de ma part, j’ai choisi (comme témoins) une majorité de filles avec autisme parce que l’on oublie toujours l’autisme au féminin“. Il a rencontré une fille: Jessica qui rêve de créer une sorte de camp de vacances… en Somalie. “Son projet de vie c’est de rendre la Somalie paisible“.

Vestiaires : aider les gens qui souffrent de non-autisme

Josef Schovanec participe à la série de France 2 “Vestiaires“, dans laquelle les personnes handicapées ont une mission : “aider les gens qui se croient valides, qui souffrent de non-autisme et qui sont un peu tristounets. Il faut les aider !” conclut-il.

Et voici la vidéo de l’interview par Elise Lucet :


Josef Schovanec au 13 heures de France2

De l'Amour en Autistan

J’ai lu le week-end dernier “De l’Amour en Autistan” & honnêtement , je préfère largement les 2 premiers ouvrages de Josef  o.O

           
Cliquez sur l’image                 Cliquez sur l’image

Celui-ci ne m’a pas captivée, j’ai même eu bien du mal à en poursuivre la lecture (moi qui suis une livrovore compulsive) :!:

C’est assez étrange en fait comme bouquin, succession d’histoires racontées, vécues par d’autres… J’ai vraiment eu du mal m’y plonger & à y trouver un quelconque intérêt même si c’est très bien écrit  :(

Peut-être aussi parce que je sais, étant moi-même autiste Asperger, que les aspies ont une vie intérieure TRÈS riches, ont une vie amoureuse, ont des coups de cœur, des passions, des déceptions (amoureuses aussi) :round:

Ou est-ce parce que je ne suis pas une aspie subissant le célibat ? Mon sentiment sur le livre a-t-il été influencé par mon propre vécu amoureux, ma vie en couple depuis déjà plus de 15 ans ? mon statut de mère de famille ? C’est possible (mais difficile de faire la part des choses).

Ce n’est pas parce qu’on est marié(e) ou que l’on a fondé une famille qu’on ne peut être touché par le syndrome d’Asperger (comme on entend encore si souvent des psychiatres ou des psychologues le soutenir à des adultes en cours de diagnostic :down:  ), mais ça, les personnes concernées e savent déjà.

Ce livre sera peut-être (!?) une révélation pour les non-autistes, effectivement… mais pour quelqu’un qui connait les Troubles du Spectre Autistique, & en particuliers Asperger, cela n’apprend rien me semble-t-il.

Enfin, je n’ai pour ma part pas accroché du tout & j’en suis la première déçue car j’aime beaucoup Josef, sa personnalité comme ses écrits :fbhum:

Si vous l’avez lu, je serais curieuse d’avoir vos avis en commentaires sous ce billet  :^^:

Ce contenu a été publié dans Au fil des pages, Vidéos sur Asperger, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à [VIDÉO] Josef Schovanec et l’amour au “pays des autistes” (FranceTVInfo, décembre 2015)

  1. bruno dit :
    Si vous êtes anglaise, et que vous ouvrez une grammaire de la langue anglaise (contemporaine), et que vous lisez la liste des verbes irréguliers, vous n’apprendrez rien. Même chose avec ce livre. Normal pour vous donc, de ne pas ” y trouver un quelconque intérêt”.
    Pour moi l’intérêt est ailleurs. L’intérêt c’est qu’on plonge vraiment dans la mode de pensée des individus…. ça m’a fait penser au Stream of consciousness de Joyce, par moments. Le lecteur qui est concerné par ça, car sur le spectre, il peut s’en amuser. S’y identifier. Par exemple le linuxien est très justement décrit.
    Pour qui n’est pas sur le spectre, ça sera une simple descrption.
    Pour moi l’intérêt du livre, et c’est là que Schovanec fait très très fort (et je ne parle même pas du style du livre) c’est ce mélange d’incroyable et profonde noirceur (le gars qui se fait virer de Polytechnique, ou le gars qui, à la base, se suicide quand les factures arrivent) et cette drôlerie. Parce que (et encore une fois pour moi c’est là que Schovanec fait fort) tout ça a beau être très très noir et funeste, c’est vraiment comique, sans vouloir être moqueur ….. et j’imagine que c’est voulu ainsi. Exemple : “La soupe avait la même couleur que le fond d’écran de ma Slackware.”
    Soit je suis pas normal (possible), soit cette phrase est d’une dôlerie extraordinaire.
    En plus elle décrit bien le cheminement mental autistique: mise en relation des choses, importance du détail, renfermement sur soi et ses intérêts (la Slackware); elle résume la déchéance du gars sur le plan financier (soupe populaire); elle résume l’isolement social du gars …. et d’un point de vue plus terre-à-terre, ben le fond d’écran oui c’est important. Donc j’oubliais, ça résume aussi la bizarrerie du mec, qui n’a pas pris la peine de mettre un joli fond d’écran, et qui a laissé le fond d’écran cacateux de bah je sais pas ce que c’est sous Slackware, mais ça doit être gnome pour être aussi laid :)
    Autre exemple, la mathématicienne (Sophie Morel ? certains indices le laissent penser) …. le contraste très bien montré entre l’impossibilité totale à sortir (elle a élu domicile au bureau) et l’aisance à vivre dans un monde mathématique à n dimensions ….. ça aussi c’est très fort. Pour moi l’intérêt il est dans tous ces petits détails. Dans ce cas précis, le gars non autiste il sera simplement étonné. Le gars un peu plus sur le spectre, certes ça ne lui apprendra rien, mais il pourra se dire par exemple que c’est amusant, Richard Stallman, paraît il avait fait la même chose, d’élire domicile à son bureau du MIT. Et lui ya pas besoin de réfléchir longtemps pour conclure que c’est un beau spécimen ….. Le gars concerné, il pourra s’amuser de lui-même faire la même chose, dans pas mal de situations.
    Donc voilà, je sais pas si ça a un intérêt quelconque ce que je dis ….. je tape comme ça, le 1er truc qui me vient….
    J’ai eu pour ma part plus de mal avec Eloge du voyage ….. . J’ai eu du mal à rentrer dedans, ce qui me fait dire que je devrais le relire: j’en ai probablement raté l’essentiel.
    Sans vouloir avoir la prétention de vous apprendre à lire un livre, je pense que ce livre c’est pas tant un simple témoignage qu’une tragique comédie. Et c’est là, une fois de plus, pour moi, que réside la prouesse. Après le style, bof, que J Shovanec savait manier la plume on le savait déjà ….
    Je m’intéresse au syndrome dAsperger parce que j’ai vu le docu le cerveau d’Hugo, et ça me décrit à 200%.
    Depuis, je me documente sur le sujet.
    Donc si vous avez des titres de livres à éviter absolument sur le sujet, je suis preneur.
    Notez que je n’ai pas dit de conseiller les meilleurs, puisque il peut y avoir divergence sur le haut degré de qualité (livre bon ou excellent ou génial) tandis que un livre carrément à éviter, là ya pas photo.
    Je peux vous en indiquer un : celui de Grégory PICCA, Ma vie d’autiste Asperger.
    C’est plein de fautes d’orthographe (à la 17ème page, j’en avais déja 33); le style est du même niveau; le contenu ….. d’une platitude incroyable.
    • Aspergirl dit :
      Comme répondu sur Amazon :

      Un livre – chez moi – génère des émotions, des images qui s’illuminent dans la tête, des inspirations, des réflexions. La lecture de celui-ci n’a pas provoqué cela, aucune monde ne m’est apparu, je l’ai trouvé désespéramment creux & sans intérêt.
      Mais chacun a un ressenti, en fonction de sa propre personnalité, son propre chemin, ses propres attentes ;)

      “Après le style, bof, que J Shovanec savait manier la plume on le savait déjà”
      Et c’est précisément car cela ne suffit pas à en faire, à mon sens, un livre captivant.

      Je pense que le livre parle beaucoup plus aux non-autistes, qu’aux personnes avec TSA. Car ce devant quoi vous semblez vous extasier, les aspies le vivent au quotidien, intérieurement :)

      Alexandra

  2. bruno dit :
    Merci pour votre réponse. Vous pouvez effacer ma réponse, puis qu’elle semble posséder peu d’intérêt. D’autant plus que je ne voudrais pas causer du tort à Mr PICCA du fait de ma critique de son livre, en créant des avis négatifs chez les gens ….
    Cordialement
  3. PL dit :
    Maman d’un fils de 8 ans diagnostiqué SA il y a 2 ans, j’ai beaucoup aimé ce livre. Un peu de mal à rentrer dans la lecture au début, on se laisse emporter par la magie de chaque personnage, tous différents. J’ai mieux compris le voyage intérieur des Aspie et sa beauté. Est-ce là ce que vit mon fils quand, une chaussette à la main, il s’absente et s’absorbe dans la contemplation des feuilles de l’arbre ou de la ligne du carrelage (alors que je le rappelle à la froide réalité pragmatique ” Ca fait dix fois que je te dis d’enfiler ta 2eme chaussette, mais qu’est-ce que tu fiches ?”). Je me le demande.
    J’ai beaucoup ri aussi : l’approche parfois trop froide et distanciée des Aspie ou, au contraire, leur logique qui devient poétique sont des aspects bien rendus.
    Bref, un excellent moment.
  4. Angie dit :
    Bonjour,
    j’ai beaucoup aimé ce livre, qui a su éveiller en moi des sentiments très profonds.
    Je trouve que c’est un livre très intime, puisqu’on plonge à l’intérieur même de chaque personnage, qui sait décliner l’amour en de multiples formes.
    Le personnage de Sixte-Henri notamment m’a beaucoup plu, il m’a donnée envie d’aller potasser mon latin, de me plonger dans nos grands classiques littéraires…
    Je trouve également les personnages aux traits atypiques, sous la plume de M. Schovanec qui a un style si particulier, juste à leur place.
    Bref, pour moi, qui ne suis à priori pas autiste, ce livre était un très beau voyage.

    J’ai eu beaucoup plus de mal avec le deuxième livre de Josef Schovanec, L’éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez ; d’ailleurs je ne l’ai même pas fini ; mais j’espère le recommencer très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  :sclaus:  o.O ;) :x :xmas: :up: :table: :sick: :round: :roll: :pumpkin: :pirate: :pff: :oops: :o :love: :like: :hum: :heart: :grr: :go: :gift:  :finger: :) :fbsad: :fbrire: :fbpff: :fbnerd: :fblove :fblol: :fbhum: :fbhugh: :fbho: :fbgreen: :fbcry: :fbblue: :fbangle: :fb^^: :fb;): :evil: :down: :cry: :^^: :P :D :?: :? :-)  :( :!: 8O 8)