Diagnostiquer l’autisme de haut niveau & le syndrome d’Asperger à partir d’images cérébrales liées aux pensées sociales (PsychoMedia, décembre 2014)

Diagnostiquer l'autisme de haut niveau & le syndrome d'Asperger à partir d'images cérébrales liées aux pensées sociales (PsychoMedia, décembre 2014)Le site québécois PsychoMedia publie un chouette article sur une grande avancée scientifique réalisée par le Dr Marcel Adam Just, neurologue, & son équipe ! :up:

Ils ont réussi à différencier des personnes situées dans la partie haute du spectre autistique & des personnes neurotypiques (c’est à dire sans autisme) à partir d’images cérébrales générées par des pensées à caractère social  :)

Petit précision : il est question dans l’article canadien de :

[…] personnes atteintes d’autisme dit de haut niveau (aussi appelé syndrome d’Asperger)

Mais si les 2 troubles (autisme “de haut niveau” & SA) peuvent se confondre à l’âge adulte, il y a néanmoins une différence notable dans l’enfance !
Pour de plus amples explications, je vous invite à lire ce billet : « Syndrome d’Asperger ou autisme de haut niveau ? Maladie ou trouble ? »  :fb;):

Diagnostiquer l'autisme de haut niveau & le syndrome d'Asperger à partir d'images cérébrales liées aux pensées sociales (PsychoMedia, décembre 2014)

Diagnostiquer l'autisme de haut niveau & le syndrome d'Asperger à partir d'images cérébrales liées aux pensées sociales (PsychoMedia, décembre 2014)Des images de l’activité du cerveau lors de pensées sociales ont permis d’identifier les personnes atteintes d’autisme dit de haut niveau (aussi appelé syndrome d’Asperger) avec une grande précision dans une étude financée par le National Institute of Mental Health américain et publiée dans la revue PLOS One.

Les troubles psychiatriques, disent-ils, incluant l’autisme, sont diagnostiqués sur la base d’une évaluation du comportement. Mais l’imagerie cérébrale et les neurosciences cognitives sont prêtes à fournir des outils puissants, disent-ils.

Des travaux précédents d’une équipe de l’Université Carnegie Mellon avaient montré, chez des personnes normales, que des pensées et des émotions spécifiques ont une signature neurale très similaire d’une personne à l’autre.

Marcel Just et ses collègues de cette équipe ont utilisé cette approche pour identifier l’autisme en comparant la représentation de certains concepts dans le cerveau de 17 adultes atteints d’autisme de haut niveau et de 17 adultes neurotypiques.

POUR LIRE la SUITE de l’ARTICLE :finger:  c’est par ici !

Et par là vous accéderez au document d’origine publié sur PLOS One le 02 décembre 2014 : “Identifying Autism from Neural Representations of Social Interactions: Neurocognitive Markers of Autism:!:

Ce contenu a été publié dans Articles & docs intéressants, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  :sclaus:  o.O ;) :x :xmas: :up: :table: :sick: :round: :roll: :pumpkin: :pirate: :pff: :oops: :o :love: :like: :hum: :heart: :grr: :go: :gift:  :finger: :) :fbsad: :fbrire: :fbpff: :fbnerd: :fblove :fblol: :fbhum: :fbhugh: :fbho: :fbgreen: :fbcry: :fbblue: :fbangle: :fb^^: :fb;): :evil: :down: :cry: :^^: :P :D :?: :? :-)  :( :!: 8O 8)