Peut-on être à la fois surdoué & touché par le syndrome d’Asperger ?

Ces jours-ci, je croule sous une avalanche de questionnements qui me parviennent concernant la coexistence possible ou non chez une même personne entre  “surdouement” & “syndrome d’Aspergero.O

C’est la grande question qui revient régulièrement : peut-on être à la fois surdoué & aspie ?   :(

Alors la réponse est oui, bien sûr qu’on le peut ! :up:

Sphères autour du surdouement (création Les Tribulations)

Sphères autour du surdouement (création Les Tribulations)

Le SA est un trouble du spectre autistique, ce que n’est pas le surdouement… mais les 2 peuvent tout à fait se cumuler.

Mais alors d’où vient cette idée consistant à croire qu’un surdoué ne peut pas être Aspie & vice & versa (comme le chantaient les Inconnus… :fbrire: ) ?
Idée qui, je tiens à le souligner car c’est important, est encore (en 2014) très présente non seulement dans l’inconscient collectif, mais aussi chez bon nombre de psychiatres & de psychologues français qui affichent tristement un retard considérable sur les connaissances que leurs consœurs & confrères ont pu acquérir (aux US, au Canada, en Australie, etc.) sur ce TED :!:

Elle trouve essentiellement sa source dans le postulat que les autistes sont dépourvus d’empathie. Or il y a une énorme confusion faite à ce niveau-là, & un grand malentendu car les gens parlent “d’empathie” sans réellement savoir de quoi il est question, ni ce que l’on met dans ce mot, devenu pourtant très à la mode depuis quelques années.

J’en parlais dans ce billet :finger:  Syndrome d’Asperger, idées reçues sur l’absence d’empathie & la violence  !

Il n’y a donc aucune incompatibilité ou contradiction entre une personnalité ayant un (T)HQI & une autre étant Asperger. Les frontières sont quelquefois particulièrement poreuses chez certains surdoués, au point qu’ils se reconnaissent dans des éléments hautement caractéristiques du SA.

Ce qui ne signifie pas pour autant que tous les surdoués soient Aspies (comme il m’a été donné de le lire sur certains forums & groupes), mais qu’il est possible  d’être l’un & l’autre à la fois  :x

Les préjugés sur le SA sont peut-être encore plus nombreux & tenaces que ceux à déplorer à propos du surdouement (c’est dire l’ampleur du travail d’éducation – ou de rééducation – restant à faire sur ce thème)  :fbpff:

Ce syndrome d’Asperger véhicule énormément d’idées fausses, dont je parle ici, en bas de billet  :fbblue:

Je suis donc THQI & Aspie. Certains (T)HQI présent seulement quelques traits autistiques (ou se reconnaissent dans certaines bizarreries typiques du SA) sans pour autant être Aspies. D’autres enfin n’en ont aucun, de ces traits autistiques.

Ces 3 cas de figure existent lorsque l’on parle haut potentiel intellectuel & syndrome d’Asperger :up:

Exactement de la même manière que l’on rencontre des surdoués avec TDA ou TDA-H (pour Trouble Déficitaire de l’Attention, avec ou sans Hyperactivité), des surdoués avec Dyslexie, des surdoués avec Dyspraxie, des surdoués sans aucun trouble associé, etc.
Il y a de tout ! En clair, tout est possible & une même personne, enfant comme adulte, peut parfaitement cumuler ces particularités.

Pour ces cas à part, dans ce qui appartient déjà au domaine de l’exceptionnel en terme de chiffres, les chercheurs américains ont d’ailleurs trouvé un terme très imagé. Ils parlent en effet de « twice exceptional » (en français,  « doublement exceptionnel »)  :)

Expression qui désigne les personnes cumulant douance & quelque chose d’autre… comme la question qui nous intéresse dans ce billet : douance & syndrome d’Asperger  :round:

Nicolas Gauvrit leur consacre un très beau passage dans son excellent livre “Les surdoués ordinaires” paru éditions PUF  :fblove

Cliquez sur la couverture pour ouvrir

Maintenant que j’ai clarifié la question du cumul “précocité intellectuelle” / “SA“, je passe à la 2nde partie des messages que je reçois : les lecteurs qui m’écrivent à ce propos s’inquiètent toujours de la manière de diagnostiquer un syndrome d’Asperger.

Donc pour un diagnostic de SA, le modus operandi diffère considérablement d’un simple bilan psychométrique visant à mettre en évidence un haut ou un très haut Quotient Intellectuel, car il faut (comme pour le TDA / TDA-H, par exemple) le concours d’un équipe pluridisciplinaire.

Un psychologue, seul, n’est pas apte à diagnostiquer un SA. Il faut obligatoirement l’avis d’un psychiatre (ou pédopsychiatre), qui va se baser sur le travail de différents professionnels (dont le psychologue, ou le neuropsychologue), en fonction de la personne qu’ils bilantent  ;)

En France, les CRA (pour Centres de Ressources Autisme) s’en chargent, totalement gratuitement, & en général (bien qu’il existe malheureusement des exceptions) avec beaucoup de sérieux & de connaissances en matière de SA.
Ainsi pour tout diagnostic du syndrome d’Asperger, je conseillerai dans un 1er temps de vous rapprocher du CRA dont vous dépendez (il faut savoir que l’on ne peut pas choisir son CRA ! C’est une question de secteur géographique par rapport à votre domiciliation…).

Vous retrouverez par ici l’histoire de mon diagnostic à l’âge adulte, sachant que pour les enfants le parcours est le même si ce n’est qu’il est beaucoup plus rapide (dès lors qu’ils sont, fort logiquement, prioritaires dans les entretiens pour diagnostiquer toutes les formes d’autisme). Dans ces 3 articles dans lesquels j’expose mon parcours, vous trouverez le lien vers l’ANCRA, qui regroupe les CRA de toute la France  :evil:

Si pour une raison ou pour une autre vous souhaitez délaisser l’option “CRA”, vous avez aussi des psychiatres connaisseurs de ce trouble (encore trop méconnu en France, donc attention, il faut vraiment savoir vers qui l’on se tourne dans ce domaine) qui pourront vous diagnostiquer ou vous aider :

  • le Dr Alain Lazartigues sur Paris
  • le Dr Lilia Sahnoun sur Paris
  • le Dr Bruno Gepner sur Aix en Provence (il ne reçoit que les personnes vivant en PACA)
  • le Dr Stéphane Cabrol sur Chambéry
  • le Dr Éric Lemonnier sur Limoges

Spécifiquement pour les parents d’enfants & ados possiblement aspies, je conseillerai ce livre vraiment très juste & très bien écrit, par une psychologue savoyarde (qui exerce en scolaire & en libéral) : “Toi qu’on dit “autiste”. Le syndrome d’Asperger expliqué aux enfants“.
Sa lecture (par les adultes, & par la suite par l’enfant lui-même si le diagnostic est confirmé) pourra permettre d’y voir un peu plus clair. En août 2012, j’avais consacré un billet-critique à ce bouquin, à retrouver ici

Cliquez sur la couverture pour ouvrir

Pour aller plus loin si besoin, il y a bien entendu les bouquins que j’ai sélectionné sur cette page : “Du côté des livres:)

Et parce que cette question revient aussi très fréquemment dans les messages que je reçois, je profite de ce billet pour répéter qu’il n’y a pas de profil cognitif précis des personnes avec syndrome d’Asperger.
De même que non, un simple test psychométrique ne permet pas de diagnostiquer un Aspie, sans quoi la mobilisation d’une équipe pluridisciplinaire sur une à 2 journées de bilan-diagnostic en CRA ne seraient pas imposées.

S’il est vrai que de nombreux Aspies excellent dans la sphère verbale, il y a aussi des autistes Asperger dont l’IRP (Indice de Raisonnement Perceptif) est supérieur ou égal à l’ICV (Indice de Compréhension Verbale). Il existe aussi des Aspies au QI tout à fait dans la norme (au dessus de 70 donc ! La norme basse commence ici…) quand d’autres sont effectivement au delà de 130, ou de 145 sur l’échelle de Wechsler.
Le fait que certains Aspies soient aussi surdoués ne doit pas faire oublier que ce n’est pas du tout une caractéristique du SA  :hum:

Et pour celles & ceux ayant la chance d’être en Bretagne, vous pouvez vous rendre à cette conférence : “Le SA vu de l’intérieur“, en présence de 4 adultes Aspies, &/ou prendre contact avec l’association AutismAide35 qui l’organise & qui tente de faire avancer les choses dans la bonne direction.

En espérant avoir pu vous aider, vous qui m’avez lue jusqu’au bout, à faire un pas en dehors du brouillard qui entoure le syndrome d’Asperger dans l’esprit de la majorité des gens  :fbangle:

Ce contenu a été publié dans Diagnostic & identification, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Peut-on être à la fois surdoué & touché par le syndrome d’Asperger ?

  1. SanyMei dit :
    très justement dit tout ça!! :fb^^:
    et meci pour la pub pour notre conf!! :up:
  2. Beber dit :
    Bonjour,

    Merci pour cet article fort intéressant. J’ai 28 ans. Je sais que je suis surdoué depuis l’âge de 12 ans. J’ai découvert en septembre que j’avais un trouble du déficit de l’attention combiné (hyperactivité et hyperimpulsivité) et je viens de découvrir hier que je suis très probablement asperger. J’ai passé le test qui m’a donné comme résultat 147 sur 200 et j’ai demandé à mon père d’en faire de même et son résultat fut de 123 sur 200.
    Je me suis déjà orienté vers l’art et la musique plus particulièrement mais j’envisage de quitter la france incessamment sous peu pour rejoindre une ville “plus créative”. Pensez vous que c’est une bonne option ou devrais je plutôt essayer de me stabiliser avant de partir ? Je vous avoue que mes perspectives musicales sont actuellement proche du néant dans ma ville car du fait de mes nombreux troubles, je me suis plus ou moins grillé et j’ai vraiment besoin d’un nouveau départ aujourd’hui.

    Merci d’avance pour votre réponse

  3. Éloïse dit :
    Bonjour,

    Je suis la maman de 4 garçons un peu particuliers, et je me tourne vers vous afin d’être conseillée. Mon fils aîné a été diagnostiqué HP en 2009 (QI 145 sur wisc IV avec beaucoup d’écart selon les épreuves), et Asperger en 2011. Il a bien sûr rencontré pas mal de soucis dans sa scolarité, mais les notes ont toujours été bonnes (il a sauté 3 classes). Il est actuellement en 1ère S, et sa moyenne en mathématiques a cruellement chuté (6,24 au 1er trimestre). Dans cette matière, il a toujours eu un fonctionnement différent qui lui permettait de donner les bons résultats sans passer par la méthode académique, et sans vraiment pouvoir expliquer comment il faisait. Puis cette année, il doit impérativement appliquer les méthodes de raisonnement classique et ça fait un blocage total dans sa tête. Alors voilà ma question : existe-t-il des ouvrages qui permettraient de comprendre les notions du programme avec une méthodologie adaptée à ce genre de profil ?
    Merci beaucoup.
    Éloïse

  4. Éloïse dit :
    Et merci pour votre plume prolifique que je suis régulièrement !
  5. laetitia Allegre dit :
    bonjour
    Je suis maman d’une ado de 15 ans qui m’inquiète beaucoup depuis déjà 2 ans. Beaucoup de choses me font penser qu’elle serait aspie. C’est vrai que ses bizarreries n’entrainaient aucun soucis jusqu’il y a 2 ans, donc on laissait faire. Mais voilà depuis 2 ans c’est la chute, elle est malheureuse et a déclenché une phobie scolaire ( elle s’est déscolarisée) alors qu’elle a toujours eu une excellente moyenne et même une phobie sociale (elle ne peut même plus sortir de chez nous!). Elle pleure tout le temps, ne dort plus… Je la fait suivre par une psychiatre que j’ai du prendre hors de notre département parce que je ne trouvais personne pour la prendre chez nous ( vrai désert médical) et que mes demandes au cmp autour de chez nous sont toujours sans réponse depuis 2 ans. Hors son psychiatre n’y connaît rien en asperger… le cra de ma region ne prend des ados que si ils sont envoyés par les cmp… les cra des autres régions ne prennent pas les non habitants ( ce qui est somme toute normal).
    Et ce que vraiment les psychiatres que vous listez peuvent poser le diagnostique? J’ai cherché sur Chambéry et il n’y a pas de Dr Stéphane Cabrol mais un Dr guy Cabrol, est-ce lui?
    Merci de votre réponse, car je pense que seul un diagnostique pourrait efficacement aider ma fille. Je suis perdue et je ne sais pas comment l’aider car malheureusement on me laisse bien seule!
    merci pour votre blog qui me rend souvent espoir!

    cordialement

    Laetitia

  6. Excellent résumé !
    J’aimerais juste souligner une notion importante : bien souvent un HQI permet à l’individu de compenser les problèmes ou les difficultés liées au TSA.

    Et en réponse @Eloïse ci-dessus, une piste pour aider un ado HQI & Aspi est de décortiquer avec lui les “règles du jeu” préconisées en milieu scolaire. Le HQI permet de comprendre et d’analyser de manière extrêmement précise (avec un accompagnement tiers si nécessaire) et remettre un mode d’emploi / règle du jeu, permet de répondre aux difficultés aspies.

    Bien souvent, ça permet à l’ado de débloquer une situation, comme il pourrait le faire dans un jeu vidéo / jeu de rôle / pièce de théâtre.

    Pas facile à expliquer par écrit, j’espère que je suis suffisamment claire.

    Laurence

  7. Bruno dit :
    A ajouter à la liste des spécialistes : psychiatre connaissant bien les TSA dans le secteur Grenoblois, le Dr Philippe NARANG, il est à Echirolles.
  8. Hélène dit :
    Bonjour,

    Je découvre ce blog avec énormément d’intérêt car suite à une grave dépression en fin d’année scolaire, mon fils de 11 ans vient d’être diagnostiqué HP puis comme souffrant de TSA/AHN (le tout cet été, à quelques mois d’intervalle). Il ne veut pas rentrer au collège – c’est un blocage complet qui a causé probablement en partie sa dépression. Nous avons passé l’été à essayer de comprendre (avec le corps médical).

    Mon sentiment à ce stade est que peu de gens comprennent qu’un enfant puisse être à la fois HP et SA. C’est soit l’un, soit l’autre et il y a des spécialistes de l’un ou de l’autre mais pas des 2… Le TSA de mon fils est juste à la limite de la définition, tout comme son HP (mais son test de QI s’est passé dans un état de fatigue et anxiété maximales). J’ai l’impression que son HP l’aide à diminuer le TSA, ce qui rend le diagnostic difficile.

    Je serais en tout cas très désireuse d’échanger avec des parents ayant des enfants aux mêmes caractéristiques que le mien, notamment sur le sujet du suivi par un psy familier de ce type de profil en Ile de France.
    Pour l’instant, le CRA nous a donné 3 noms, dont une personne à Guyancourt qui aurait un DU en précocité et un autre en TSA. Nous pensons la contacter mais si des parents ont des idées sur le sujet nous sommes preneurs!
    Hélène

  9. Et au delà, il y a la croyance qu’il n’est pas possible d’être surdoué avec SA si on est une fille ou femme. Dans la doxa psychiatrique, l’autisme au féminin est toujours accompagné d’une déficience intellectuelle. Donc il est plus facile pour un homme HQI d’obtenir un diagnostic de SA que pour une femme.

    C’est quand même dans un CRA qu’on m’a affirmé que le SA n’existe pas chez les femmes, que ça ne concerne que les garçons et les hommes, et que si j’étais autiste, je serais déficiente intellectuellement.

    Je sais que je me répète sans arrêt, mais il est important de rappeler que tout professionnel chargé de diagnostics de l’autisme qui ne s’informe ni ne prend connaissance de l’évolution de la recherche en ce domaine, contrevient à l’article 11 du code de la santé publique. Et il s’agit, il me semble, d’un grave manquement à ce devoir de s’informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  :sclaus:  o.O ;) :x :xmas: :up: :table: :sick: :round: :roll: :pumpkin: :pirate: :pff: :oops: :o :love: :like: :hum: :heart: :grr: :go: :gift:  :finger: :) :fbsad: :fbrire: :fbpff: :fbnerd: :fblove :fblol: :fbhum: :fbhugh: :fbho: :fbgreen: :fbcry: :fbblue: :fbangle: :fb^^: :fb;): :evil: :down: :cry: :^^: :P :D :?: :? :-)  :( :!: 8O 8)