Groupes & communautarisme, chez les aspies aussi…

Groupes & communautarisme, chez les aspies aussi...J’ai toujours été quelqu’un d’extrêmement solitaire. Bien avant de me savoir THQI, bien avant de me savoir avec autisme. Cela fait tout autant partie de moi que le haut potentiel intellectuel ou le syndrome d’Asperger !

C’est une composante de ma personne qui, en plus du fait d’être immodifiable, ne m’a absolument posé problème ni gênée. Je n’ai jamais été en recherche de la compagnie des autres, & depuis mon diagnostic, je n’ai jamais ressenti non plus le besoin ou l’envie de me rapprocher d’autres aspies.

Passer le plus clair de mes journées entièrement seule ne me pose aucun souci, je m’entends très bien avec moi-même & cette solitude ne m’a jamais fait peur ! Au contraire même, j’en ai besoin. Elle m’est indispensable pour me sentir bien  :fbangle:

Aux yeux des autres, je suis toujours passée pour quelqu’un de très sauvage. Pas timide, ce n’est pas la même chose, mais véritablement sauvage, pour ne pas dire autosuffisant. Radicalement en dehors des manifestations sociales qu’ils aiment tant & recherchent, sans même imaginer que d’autres au contraire les fuient.

En ayant un enfant, on est confronté à nombre de situations inédites, qui mettent en exergue ce décalage mais peuvent aussi aider à avancer ! Dans le sens où on peut être amené à faire des choses que l’on aurait jamais réalisées sans cela, & s’apercevoir qu’on en est capable d’ailleurs, mais…. tout en restant dans une limite acceptable ;)

Mon fils ayant fait la majeure partie de se scolarité maternelle & primaire dans une très petite école privée qui ne pouvait fonctionner sans un gros investissement personnel & bénévole des parents, j’ai toujours répondu présente dans les domaines où je m’en sentais capable (accompagner les classes en extérieur, aider mon amie trésorière lorsqu’après son travail, elle devait facturer la cantine ou la garderie, tenir l’accueil des manifestations, etc.).
En revanche, aucune chance de me voir au loto annuel de l’école organisé dans une grande salle des fêtes, à un repas d’après kermesse ou à une sortie familiale  o.O

Au départ très étonnés que je n’y précipite pas en courant, comme eux (!), les parents que je côtoyais (je ne les appellerai pas des amis, mais des connaissances) ont appris au fil des années à ne même plus me poser ces questions.
Ils savaient que, dès lors qu’il n’était plus question d’aider concrètement ou de travailler, je disparaissais  :)

Cet état des choses n’a pas été modifié avec mon diagnostic. Je n’ai pas ressenti « d’élan » particulier me poussant à aller à la rencontre d’autres aspies. J’ai d’ailleurs mis beaucoup de temps à réfléchir à la possibilité de faire, ou non, cet autre blog.

Est-ce dû au fait que j’ai une famille ? Un adulte qui se découvre avec syndrome d’Asperger en étant célibataire & sans enfant a peut-être légitimement plus besoin de se rapprocher de personnes qui « lui ressemblent » , qui pourront comprendre sa vision du monde, qui le rassureront ?   :?:

Je ne sais pas. N’étant pas dans cette configuration, ce n’est là que pure conjecture ! Du reste je ne suis  même pas certaine que ce schéma corresponde forcément à tous les aspies, quand bien même ils seraient célibataires sans enfant…

Groupes & communautarisme, chez les aspies aussi...De mon côté, j’ai la chance d’avoir un mari qui, s’il est NT (pour NeuroTypique), n’en est pas moins un sauvage THQI, lui aussi très en marge des manifestations sociales usuelles  :D
Il existe très clairement des passerelles entre le spectre autistique & les profils strictement à haut ou très haut QI. C’est d’ailleurs ce qui explique que de nombreux surdoués se questionnent sur le SA & s’y reconnaissent en partie. Je doute qu’ils soient tous effectivement touchés par le syndrome d’Asperger s’ils allaient jusqu’au diagnostic ; mais entre un aspie HP & un NT HP, il y a clairement un certain nombre de ressentis en commun. Qu’ils s’agisse d’émotions ou des façons d’être au monde, elles sont très compatibles.

J’aime cloisonner, mettre des barrières de sécurité entre ma vie, comprendre par là ce qui relève de mon univers personnel, & le reste du monde.
Cet impératif est valable au quotidien, en toutes circonstances, mais aussi dans mon existence sur le net…

FaceBook est par exemple un excellent outil d’échanges :like:
De par le 1er blog, j’y ai fait la connaissance de personnes de tous horizons, y compris des gens que j’aime beaucoup & même parfois (dans de rares cas, mais il faut tout de même le souligner) de véritables ami(e)s.
Mais en aucun cas, je ne me sens ou voudrais me sentir appartenir à un mouvement collectif, quel qu’il soit. J’ai toujours été un électron libre & le resterai je pense jusqu’à mon dernier souffle !

L’idée même d’appartenance à une communauté me révulse. La “pensée de groupe” a de tous temps été quelque chose qui m’insupporte & même, que je redoute car je l’estime dangereuse & à fort potentiel de dérives  :x

Pour ces mêmes raisons, je déteste les forums & si je fais partie de « groupes FaceBook », tous sont en lien avec les questions liées au haut potentiel intellectuel ou le SA. Mais surtout, tous sont dans l’état d’esprit d’un simple partage d’informations. J’évite toujours avec soin ce qui découle d’un principe communautariste.
Le trip confrérie, club, organisation, tribu, clan : très peu pour moi…

Quelle fut alors ma surprise lorsqu’une autre aspergirl (diagnostiquée !) m’informa du mode d’acceptation de certains groupes facebookiens censés rassembler des aspies 8O

Certains de ces groupes, pour s’assurer que les candidats présentent bien un syndrome d’Asperger (chose que je peux comprendre ! Comme Mensa demande à ses membres de montrer patte blanche) exigent d’eux… un Aspie Quiz!??  :fbrire:

Et c’est là que ça devient vraiment drôle & particulièrement absurde, dans la mesure où ce fameux Aspie Quiz n’est, comme l’indique assez fidèlement son nom, qu’un simple quiz, en aucun cas un moyen de diagnostic reconnu & valide.

J’en parle en détails dans le billet consacré au RAADS-14 Screen… Strictement rien d’officiel ou de particulièrement fiable là dedans, aussi cessons une fois pour toutes de laisser planer l’idée qu’il constitue une validation du SA !!!  :fbblue:

Pourquoi donc considérer ce petit test en ligne comme LE sésame d’entrée dans ces groupes ? Mystère… (mais qui me conforte dans ma volonté farouche de me tenir à l’écart de ces communautés, constituées qui plus est sur de faux critères… :o )

Cette indépendance absolue & ce refus d’adhésion à ce qui s’apparente selon moi à une micro-société a un prix, même chez les aspies  :fbho:
Lorsque j’ai crée ce 2nd blog en octobre dernier, cela n’a pas plu à tout le monde ! J’ai eu vent de quelques remarques à ce sujet qui m’ont fait sourire, tant ce petit monde est par certains côtés aussi étriqué & médisant que la société au sens large. Celle-là même que ce « clan des aspies » dit vouloir dénoncer & informer pour qu’elle ne rejette plus tout ce qui ne cadre pas avec la norme établie  :fbnerd:

De même que quelques jours seulement après la mise en ligne de cet espace d’expression, je recevais un message d’une personne me reprochant violemment la naissance de celui-ci, alors même que je m’étais refusée à répondre de mon expérience diagnostic lorsqu’elle le demandait.

L’auteure du dit message, une totale inconnue pour moi (n’appartenant ni à mes contacts ni à mes lectrices), l’exigeait quelques semaines auparavant & avait manifestement assez mal accepté le refus de me plier à ses attentes (ou plus exactement, à ses injonctions de répondre)   :fbpff:

Le manque de formes dans sa demande & une insistance aussi déplacée que pénible m’avaient fortement déplus, ce qu’elle avait bien du mal à concevoir.

Cela constitue l’autre versant d’Internet : en tenant un blog, on s’expose, on se met dans la lumière & cela donne aux lecteurs l’impression de tout savoir de vous & de tout pouvoir retirer de vous   :oops:
Les gens imaginent alors une sorte d’appartenance & voient dans ce témoignage un lien de connivence qui, s’il existe effectivement, ne donne pas non plus tous les droits.

Je prends toujours le temps (& ça m’en demande beaucoup, surtout avec Les Tribulations d’un Petit Zèbre !!!) de répondre aux demandes de renseignements & d’aide que je reçois par centaines chaque semaine.
Répéter des 10aines de fois les mêmes explications n’est pas quelque chose que j’affectionne, mais je fais cet effort car je sais combien pour la personne qui m’écrit les interrogations & le besoin de réponses sont fortes. Je sais aussi que pour elle, ce n’est pas la 20ème fois de la journée qu’il en est question…

Il  faut cependant, pour que je tende la main, que mon interlocuteur soit respectueux & surtout qu’il ne me considère pas comme un bureau de renseignements automatique, déshumanisé.
Si je perçois ce genre de regard, il m’est soudainement très difficile de créer un lien, de m’investir dans une réponse. Je pense que quand ça ne passe pas, pour une raison ou une autre, on ne force pas les choses, cela ne sert à rien.

Même par écran interposé, les relations sociales ne sont pas toujours de tout repos  :pff:

À propos de Alexandra Reynaud

Autiste Asperger avec très haut QI, diagnostiquée à 32 ans ◦˚ஐ˚◦ Blogueuse • Maman • Conférencière • Auteure aux éditions Eyrolles
Ce contenu a été publié dans Journal d'une Aspergirl, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Groupes & communautarisme, chez les aspies aussi…

  1. Laurence dit :
    ça me parle ce poste! Très fortement. Merci de mettre des mots sur un ressenti! :up:
  2. SanyMei dit :
    c’est exact le net a tout comme la vie, ses dérives..
    j’ai eu aussi cette envie de rejoindre de groupes des discussions pour me sentir acceptée, comprise, après mon diag..puis depuis je me susi remise en question car j’ai peur justement de ce communautarisme, meme si je me sens aspie , hpi, et surtout “moi” avant tout, unique, je sais que je ne dois pas non plus a tout pris ne vivre que par ça.
    de plus j’ai au fil du temps appris à sentir les personnes qui sont proches de moi, que j’ai envie de garder dans mes contacts, et cela me va, j’ai aujourd’hui des tas d’aspergers dans mes connaissances, que j’aime beaucoup. (mais je fais attention à ne garder que ceux avec qui oui il se passe quelque chose..ne pas me disperser.)
    Hier par ex j’ai rencontré pour la première fois d’autres aspis en live,et non derrière un ecran et j’ai compris a quel point c’est agréable de se sentir simplement soi, sans triche, et avec les individualités des autres, se sentir “unis”dans un projet commun….mais bref, oui, savoi trouver sa juste place en etant atypique, c’est parfois brouillon au debut..on apprend au fl du temps..comme pour tout…
    et je precise que aujourd’hui, ces personnes que j’ai appris a connaitre via le net ou autre, sont très importantes pour moi.C’est une vraie aide au quotidien de les avoir dans mes contacts et dans a vie tout simplement, savoir que je ne susi pas seule dans ce cas (autiste asperger, avec ou sans hpi… ) et avec ces difficultés, mais que tous nous avançons selon nos possibilités et nos parcours.

    il n faut juste pas d’excès, comme dans tous les domaines. :fb;):

  3. Loup dit :
    Je crois que j’ai été dans ce groupe dont tu parles… J’y ai rencontré des personnes assez extrémistes envers les non-autistes ( :fbhugh: ), d’autres faisant le petit chef. Si le groupe au départ était franchement agréable, petit à petit, ça s’est renfermé Et effectivement, ils exigeaient le RDOS plus une demande d’amitié aux admins… :x … Avec d’autres personnes, on a dit ce qu’on pensait de la manière dont était géré ce groupe.. On s’est fait virés. :fbrire:
    Depuis, je suis heureuse d’en être partie.
    Personnellement, je suis deux forums (asperansa et un autre que j’ai monté avec un groupe de personnes), qui sont bien sympathiques, pas prises de tête. L’échange avant tout. J’y suis pour partager des choses, des expériences, de la même manière que j’ai fait un blog bd dessus. ;)

    Je pense qu’il n’est pas bon qu’un groupe se referme trop, qu’il mette trop de conditions, ça doit rester ouvert et dans la bonne humeur!

    “Lorsque j’ai crée ce 2nd blog en octobre dernier, cela n’a pas plu à tout le monde ! J’ai eu vent de quelques remarques à ce sujet qui m’ont fait sourire, tant ce petit monde est par certains côtés aussi étriqué & médisant que la société au sens large. Celle-là même que ce « clan des aspies » dit vouloir dénoncer & informer pour qu’elle ne rejette plus tout ce qui ne cadre pas avec la norme établie”

    Dingue… J’avoue que certains sont beaucoup trop extrémistes, visant à séparer radicalement autistes et non autistes, traitant de neurotypiques les gens qui ne leur ressemblent (alors qu’elles sont mêmes diagnostiquées… Cherchez l’erreur), c’est noir ou blanc. Et ça ne plaît guère, alors que ce monde est fait de belles nuances… :)

  4. isabelle dit :
    Aurais-je été clonée ? Ton parcours est exactement le mien jusqu’au mari NT et THQI…
  5. Layet camille dit :
    Tout phénomène de groupe est inquiétant pour moi. Pourquoi vouloir toujours regrouper les gens, les assimiler à une pensée commune? Aspi ou non, hp, THP ou pas, homme, femme,yeux bleus ou marrons, blond, brun ou roux, chacun son individualité, son libre-arbitre. Les échanges enrichissant passent par l’écoute et le respect de l’autre dans ses différences.
    Votre blog sur les tribulations d’un petit zèbre et votre soutien m’apportent beaucoup dans ma vie de famille à haut potentiel, j’espère que celui d’une aspergirl en éclairera beaucoup d’autres.
    MERCI.
  6. Lolotte-Calculette dit :
    Bonjour,
    Je suis un peu intimidée de poster un commentaire.
    Je suis également THQ et Aspie et j’ai 32 ans. Je travaille et mes collègues ne savent rien de tout ça (je passe plutôt bien inaperçu, même si certaines personnes me trouvent “pas normale”). Seuls mes parents savent exactement si le diagnostique est officiel ou pas (en tout cas ils ne se gênaient pas pour dire aux invités “ne faites pas attention, elle est un peu autiste, désolé”).
    J’ai peur des groupes mais en même temps je cherche à rencontrer d’autres aspies THQ filles. Je ne veux pas faire partie d’un clan mais juste me trouver un espace le liberté et de sécurité avec des personnes avec qui je pourrais être juste moi (le Graal, en quelque sortes) et qui ne rigoleront pas de mes problèmes de musique ou de prehistoire. Ce que je lis à propos de certains groupes me fait peur.
  7. altima dit :
    Bonjour Alexandra,

    je suis déjà venue par ici plusieurs fois depuis quelques mois ou années… aujourd’hui en explorant un peu plus ton blog, je viens de découvrir que tu ne fais qu’une avec la maman du petit zèbre en pleines tribulations.
    Je ne savais pas à la suite de quel billet te dire merci jusqu’à ce que je tombe sur celui-ci: indubitablement tes mots me parlent.
    Enfin je me sens moins seule d’être seule et d’aimer ça, de ne pas aimer les groupes et d’être (parfois malgré moi) un éternel électron libre.
    Ca n’a l’air de rien mais vraiment un grand merci à toi. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  :sclaus:  o.O ;) :x :xmas: :up: :table: :sick: :round: :roll: :pumpkin: :pirate: :pff: :oops: :o :love: :like: :hum: :heart: :grr: :go: :gift:  :finger: :) :fbsad: :fbrire: :fbpff: :fbnerd: :fblove :fblol: :fbhum: :fbhugh: :fbho: :fbgreen: :fbcry: :fbblue: :fbangle: :fb^^: :fb;): :evil: :down: :cry: :^^: :P :D :?: :? :-)  :( :!: 8O 8)