Justice, honnêteté, respect des règles ne sont pas les bienvenus dans ce monde

Justice, honnêteté, respect des règles ne sont pas les bienvenus dans ce mondeIl y a des jours comme ça où je me sens totalement extérieure à ce monde. Plus exactement, des jours où tout, absolument tout me le rappelle, des fois que je l’oublie :(

Dans ces moments-là je n’ai plus envie de parler, à personne. Plus envie d’être en présence de qui que ce soit non plus.

Juste le besoin de m’isoler, d’être seule face à moi-même & de me remettre de ce trop-plein d’émotions négatives qui me submerge, par le calme & le silence. Comme une sensation d’écœurement absolu & profond.

Un seul constat s’impose alors : l’incompréhension qui existe & existera toujours de part & d’autre. Je crois bien que je ne pourrai jamais fonctionner dans ce monde. Je peux faire semblant, faire « illusion » sur un très court laps de temps, mais l’immersion réelle, ne serait-ce que quelques heures, me coûte énormément  :roll:

Je me fais l’impression d’être semblable à Edward, dans le merveilleux « Edward aux mains d’argent ». J’ai adoré ce film de Tim Burton. Quand il est sorti, je l’ai vu des 10aines de fois, & le revoie toujours régulièrement (comme toujours quand j’aime vraiment quelque chose, je peux le relire ou le revoir encore & encore, au point d’en connaître tous les dialogues, les moindres détails).
Ce personnage d’Edward intrigue autant qu’il n’inquiète la très grande majorité des habitants du quartier résidentiel dans lequel il tente de s’intégrer. Il essaie de comprendre ces gens, mais il n’y parvient pas. La seule possibilité pour lui de vivre, d’être en sécurité, est d’être loin d’eux & de leur monde, leurs codes qui lui seront toujours étrangers.

Et bien c’est ce que je ressens quand je suis parmi le monde : j’ai le sentiment d’être une extra-terrestre perdue sur une planète hostile, irrespectueuse de toutes les règles, illogique & sur laquelle le plus malhonnête gagne.

Ma naïveté m’amène souvent (beaucoup trop souvent) à croire les discours & les promesses tenus par les autres, en diverses occasions. Je me dis alors qu’enfin, j’ai peut-être trouvé un espace où mes valeurs s’ancreraient dans la norme. Et puis de façon systématique, les actes viennent très rapidement mettre à mal ces espoirs  :x
Car j’ai la bêtise de croire que les gens pensent sincèrement ce qu’ils disent. C’est idiot, je sais. Et j’ai honte à mon âge de me laisser encore prendre à ce piège  :o

Je devrais le savoir !!! En fait, je le sais, mais uniquement en théorie. Je n’arrive pas encore à l’appliquer dans la pratique (sauf quand mon radar intérieur me permet de repérer immédiatement des gens instables ou dangereux ! Ça je sais très bien le faire & je ne me trompe jamais).
Mais sur les gens classiques, c’est à dire les pas vraiment méchants, justes menteurs dans la norme, dirais-je (qui représentent à mon sens au moins les ¾ de la population quand on exclue les dangereux, les pas clairs & tout ce qui sent mauvais…), j’ai la faiblesse de croire qu’ils sont honnêtes & que ce qu’ils disent, ils le pensent, sans calcul.

Donc immanquablement, je suis déçue quand je m’aperçois, preuve à l’appui, que tout ça n’était que beaux discours & pacotille.

Je ne comprends pas pourquoi ils mentent ainsi !? J’ai vraiment du mal à voir où est l’intérêt de promettre des choses qui sont à l’opposé de ce qu’ils font.
Ça doit faire bien, dans leur monde de paraître. Ça doit sonner joliment à leurs oreilles, & tant pis pour la sincérité  :fbhum:

Pour moi l’impression d’injustice est quelque chose de terrible à vivre (& je pèse mes mots  :!: ). Quand j’en perçois une (pas spécialement me concernant, cela s’applique à toute forme d’injustice), j’ai beaucoup, vraiment beaucoup de mal à me taire, à ne pas prendre la défense de la victime. Aussi, imaginez ma souffrance quand il m’est interdit de prendre la parole, alors que j’assiste pendant 1 heure à une montagne d’injustice & d’illogisme  8O

Cette année, mon fils est entré au collège (avec 2 ans d’avance), & je suis parent correspond (ayant à ma grande surprise été la seule à me proposer de l’être dans sa classe. Une autre maman a été poussée à s’y coller puisqu’il fallait obligatoirement 2 parents correspondants).
Hier j’ai donc eu l’honneur de participer, si l’on peut dire (!), à mon 1er conseil de classe. Assise aux côtés de ce compagnon d’infortune que représentait l’autre parent d’élève, j’ai eu sous les yeux le balais des échanges d’une grosse 10aine de profs pressés, cyniques, intransigeants & même parfois moqueurs à propos des élèves ou de leurs parents, lors du cas par cas :down:

Où sont donc passées la bienveillance & l’ouverture vantées par le chef d’établissement à l’époque de l’inscription de mon loustic ?
Moi je n’ai reçu ce soir-là que l’exact opposé, avec en prime l’interdiction de placer un mot pour pointer du doigt tout ce qui n’était d’injustice & incohérence à mes yeux, ou au moins manifester mon désaccord avec certaines de ces décisions prises à la va-vite.

J’en suis ressortie anéantie & profondément heurtée. J’ai trouvé ce manège d’une violence incroyable, totalement déshumanisé. Et j’ai envisagé avec une immense appréhension les 2 prochains conseils à venir au cours de l’année scolaire  :fbcry:

Une fois encore, je me rends compte du fossé qui existe entre les phrases accrocheuses & la réalité des actes. Mais aussi entre ce qui habille la norme, l’acceptable chez la plupart des gens & ce tout ce qui fait mon univers à moi. Et une fois encore, la seule chose qui me réconforte est de m’enfermer chez moi, me remettre à l’abri dans ma bulle & ne plus en sortir.

Ce contenu a été publié dans Journal d'une Aspergirl, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Justice, honnêteté, respect des règles ne sont pas les bienvenus dans ce monde

  1. Comme je te comprends. Déjà, participer à un conseil sans avoir le droit de parler, j’ai appris ça récemment… je trouve cela…euh.. non j’ai pas les mots…

    Intégrer des parents dans un conseil de classe pour qu’ils assistent impuissants (sur la forme et sur le fond) aux débats et eux injustices… je ne comprends pas l’enjeu

    Mais si je l’avais entendu dire lors de l’élection des parents référents de l’école de ma fille (je suis élue en primaire, donc pas de conseils de classe, juste d’établissement et on peut s’y exprimer) mais je n’en avais pas encore mesuré la portée. Jusqu’à ce soir.

    Et je ne pense pas que ce soit pour moi.

    La différence entre les paroles accrocheuses et les actes… c’est ma grande angoisse pour l’an prochain…

    Mais je suis comme toi Alexandra sur ce point là.. très ou trop naïve… et je veux croire que non, ils sont honnêtes et impliqués…
    Je risque de venir pleurer avec toi l’an prochain..

    Quant à la bulle… j’expliquais pas plus tard qu’hier à ma Zébrette comment je m’en servais, y compris (ou surtout ?) lors des réunions sociales.
    Nous nous sommes rendues toutes les deux à une invitation. En rentrant , après les 12 coups de minuit, elle me demande “et ce soir, tu t’en es servie de ta bulle? ”
    Je lui ai expliqué que oui, quand et pourquoi….

    Mais pourtant tu les aimes bien, ils étaient gentils?
    Oui… mais ça n’empêche pas.. la fin de soirée a été plus difficile à supporter, alors j’ai utilisé ma bulle…

    et ce n’était pas celle de Champagne!

  2. Abaziou dit :
    Tu as mis en mots mes pensées … j’ai essayé deux fois de faire du bénévolat, une fois pour une asso de malades et une autre fois pour l’école de mon fils dans l’Organisme de Gestion : l’hypocrisie, la méchanceté, l’absurdité, l’injustice et j’en passe m’ont écœurée.
    Et je me suis dit : plus jamais ! Car cela m’a demandé une énergie incroyable pour ne pas pleurer, hurler et les envoyer tous **** ! Idem quand tu argumentes, que tu expliques de façon à ce que tout le monde comprenne bien les enjeux et que là tu te rends compte qu’en fait c’est du temps de perdu car leur idée première ils ne l’ont pas quittée … ils sont comme bloqués, comme un disque rayé.
    Je dis souvent que : “les gens sont décevants” … et tout ce que tu as écrit je le ressens à 200%. Pas de suspicion d’Asperger pour moi mais un HP confirmé (bilanté) cette semaine avec une hypersensibilité +++ ! Donc un grand merci d’avoir écrit tout ça avec toute ta sincérité. Je partage bien évidemment et … te souhaite bon courage pour la suite :love: :love:
  3. SanyMei dit :
    je ne comprends que trop tout ça.
    j’i
    ai souvent ces choses en tête…tout ça. Et après, il faut apprendre aux enfants à vivre avec tout ça….c’est dur.
    j’ai reçu le bulletin de mon second, ce soir ; décue, il est atypiqe (depuis tjs rejeté..détecté eip mais il y a un pti quelque chose d’autre comme son frère.)et ds un collège select (en cham..seule solution de repis pour lui..mais une directrice horrible!elle me terrorise..), ben pas un mot d’empathie, que le negatif relevé, et des sempiternelles “Z ne fait â d’effort pour s’integrer etc etc”…mais zut, a la fin..pourquoi au bout d’un moment? non il ne serajamais le “bout en train” de la classe, oui il aime etre plutot ds sn monde…lachez le biip alors!..
    bref, c’est une tout petite chose parmi les autres…

    maiis pour le reste je suis aussi ds une phase grosse bulle alors…. :hum:

  4. Chrodegang dit :
    Moi aussi je suis ressortie amère de mon tout premier conseil de classe… En fait de mon premier trimestre comme prof au collège tout court d’ailleurs. J’ai assisté à un changement spectaculaire et pas en bien des enfants entre le Cm2 et maintenant. Je ne les reconnais pas… Ballotés de cours en cours, ils sont devenus super bruyants, ils quittent la salle en courant sans même dire au revoir dès que la cloche a sonné, toujours à se dépêcher partout, mais par contre quand ils ont besoin de moi je dois être à leur service. Je les ai vus devenir des obsédés de pronote, toujours à examiner leur moyenne, à guetter la mise en ligne des notes, à re-calculer les points sur leur copie comme des apothicaires, à ne s’intéresser à quelque chose que si c’est noté.

    Lors du conseil de classe, tous les problèmes signalés depuis le début de l’année (classe ultra hétérogène, très dissipée, voire insolente, avec des éléments qui nécessitent une réelle prise en charge pour plein de raisons…), ont été balayés – ils ont de bonnes notes, allez hop! J’ai assisté à un défilé de graphiques représentant les moyennes de chaque élève par matière et en général, en deux secondes il fallait voter pour les appréciations. Arrivée à un élève qui a très manifestement un trouble dys – il m’a d’ailleurs dit qu’il avait un “trouble de motricité fine”, et des notes moyennes, ils ont tous dit qu’on ne lui mettait pas d’encouragements. j’ai objecté, disant que s’il avait un dys ou n’importe quoi d’autre ces résultats-là lui demandaient sans doute déjà pas mal d’efforts. Réponse du dirlo: on va pas statuer en fonction de spéculations. Pareil pour la gamine qui a un niveau Ce1 et devrait être en adaptation. On ne regarde que les notes, et les notes par rapport aux autres. Les enfants et parents ont eu beau avoir la parole, j’ai franchement eu l’impression d’être au conseil d’administration d’un élevage de poulets de batterie.

    Je suis rentrée chez moi et je me suis écroulée toute la soirée. Chaque heure que je passe sur mon lieu de travail me demande autant de décompression toute seule. Et quand je vois ça, je me dis que si j’avais été scolarisée dans ces conditions-là, je n’aurais absolument pas tenu jusqu’au bac!! :?

  5. p'tite fleur de bitume dit :
    Je ne peux que te comprendre car je suis dans cet état depuis la moitié de la semaine :(
    De mon côté j’aurai une question : tu/vous faites comment pour rétablir le contact ??
    Car de mon côté je ressens tellement d’injustice, je suis si triste et en colère, je me sens tellement recroquevillée dans ma coquille … que je ne réussis plus :(
    Je n’ai pas réussi à me dérider en retournant à l’école en fin de semaine … un bonjour poli et froid et j’ai évité la maîtresse et la directrice :(

    Comment faire et quoi faire surtout ?? est-ce que je me respecte et aménage mais reste dans cette “destitution” de leur rôle ? ou (et c’est ce que je pense devoir faire) réussir à prendre sur moi d’une façon que je ne connais pas … pour le bien de mon enfant et donc quoi faire ????

    Or pour mon aîné, il s’était passé peu ou prou la même chose et cela a fini en changement d’école !

  6. Humphrey dit :
    J’ai été prof (de musique) remplaçant de le secondaire. Ce témoignage illustre malheureusement quelque chose de bien réel.

    Quand on est jeune prof, remplaçant, autant dire que le droit à la parole est une illusion. La majorité des profs passe son temps à cela : cataloguer les élèves.

    Je suis entièrement d’accord avec les termes “injustice & incohérence”.
    Courage pour les prochains conseils. Vous trouverez peut-être des profs plus à l’écoute. Ils sont parfois très (trop discret). L’injustice règne aussi entre profs…

  7. OdD dit :
    Je n’ai aucune expérience des conseils de classe, ayant fait le choix de ne pas avoir d’enfant.

    Mais je crois avoir connu ce qui peut se faire de pire dans ce genre d’expérience : j’ai été avocate.

    J’ai coulé lentement pendant dix ans, en me disant que si j’avais tant de mal à “faire avec”, c’était que j’étais trop jeune, trop sensible, trop tout ce que vous connaissez, en espérant qu’avec le temps je finirais par comprendre le vrai fonctionnement de ce monde théoriquement voué à l’intégrité…

    Il m’a fallu quinze ans pour m’effondrer complètement et, maintenant, presque autant pour tenter de me reconstruire.

    Vos témoignages me prouvent que décidément, ce n’est pas seulement pour le monde judiciaire que je n’étais pas faite, mais pour ce monde où le hasard de la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde m’a contrainte à vivre. :fbcry:

    Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien !

    Bon courage à toutes.

    • Agnes dit :
      Alors rassure-toi OdD – si l’on peut dire – mais j’ai vecu ca dans les telecoms et pire dans la medecine. Plus je vieillis et je me dis qu’ils sont tous pourris. C’est terrible, je me demande pourquoi un monde clair et net n’existe-t-il pas… et moi aussi j’aime plus mes animaux :fb;):
  8. AFLONA dit :
    Bonjour,
    J’ai assisté à mon 1er conseil de classe vendredi aussi. En 6ème, pour ma fille qui vient de sauter le CM2 (diagnostiquée HP en décembre dernier).
    Pour une fois, j’ai été agréablement surprise: une raideur certaine de la part de la principale, mais une bienveillance globale des professeurs.
    Une chance, je la mesure, mais cela existe, ne sombrons pas!
  9. Loles dit :
    Intense et émouvante ce que tu dis, ce que tu exprimes. Incroyable. J’ai pleuré. Peut-être parce que je te comprend si bien… En tout cas, merci. Je suis moins seule aujourd’hui. Je vois qu’il y a des gens que ressentent le monde comme moi.
  10. Agnes dit :
    Je n’ai pas tout suivi, pourquoi n’as tu pas pu parler?

    Je te comprends avec ta bulle! Je reste bien a l’abri de la mienne et c’est terrible quand je dois en sortir…

    • Aspergirl dit :
      Parce que la consigne est la suivante : les parents correspondants n’ont la parole QUE ds les 15 premières minutes, durant le petit laps de temps où les élèves délégués st présents du reste (ensuite ils quittent définitivement la salle).
      Passé cette 15aine de minutes où il est question de la classe ds son ensemble, le conseil passe au cas par cas, les élèves délégués s’en vt & les parents corresp. restent, mais en gardant le silence. Ils ne st là que pour noter le nbre de félicitions, encouragements, avertissements ou contrats :(

      (en clair, ils font de la figuration ! Ni plus ni moins…)

      • Agnes dit :
        Ben c’est nul, autant ne pas avoir de parents la!!!
        Je suis ravie qu’on n’ait pas cela ici.
        Un truc qui m’a fait tomber :fbhugh: quand je skypais avec des amis en France qui sont profs. On parlait de ma fille et ils me demandent comment on peut avoir 20 partout. J’explique que si le devoir a tout ce qu’il est sense avoir et que les questions sont bonnes ils ont tous les points. Ben mes copains profs ne comprenaient pas, ils font des devoirs pour que les gamins n’aient pas points. Les meilleures notes sont 17 ou 18. Je trouve ca debile car en plus ils n’ont pas de mal a mettre des 0. Bref je n’ai jamais compris les profs, je crois que je ne les comprendrais jamais. Bon courage pour les prochains conseils de classes. Est ce que tu peux aller voir la presse et raconter ca?
        • Aspergirl dit :
          Oui c’est nul !!! Et crois-moi, j’angoisse déjà pour les 2 conseils à venir :x
          Ceci dit, on ne m’y reprendra plus : l’an prochain, RIEN ne me fera présenter de nouveau ma candidature pour cette mascarade de parents correspondants. Et je comprends maintenant un peu mieux pq ils ont tant de mal à “recruter” des volontaires… Les gens qui ont des aînés déjà passés au collège doivent probablement savoir que tt ça est absurde & ne rime à rien (ou alors c’est aussi qu’ils n’en ont pas gd chose à faire, sans autre considération !?? :?: )
  11. Toni dit :
    Bonjour tout le monde ! Je suis ravie (excusez-m’en) de voir que je ne suis pas la seule à être aussi naïve ! Moi aussi, j’ai essayé de me “metttre” dans des assos. J’étais à chaque fois déçue de ces gens qui ne pensent qu’à leur profit perso. Et je suis aussi toujours déçue de voir que les gens mentent la plupart du temps… Ils n’ont aucune générosité (du coeur et autre) et aucune sincérité. J’écoute de plus en plus mon conjoint qui me dit “attention, tu vas encore te faire avoir”. Pour moi, j’ai décidé d’éviter au max la société en travaillant à mon compte et le plus possible par internet … et je demande souvent conseil à ma tendre moitié ! Dans le collège de mon “petit” qui est aussi en 6ème avec 2 ans d’avance, ça se passe pas mal, les profs sont relativement sympa et à l’écoute… du moins, en apparence …
    • Aspergirl dit :
      « J’étais à chaque fois déçue de ces gens qui ne pensent qu’à leur profit perso. Et je suis aussi toujours déçue de voir que les gens mentent la plupart du temps… Ils n’ont aucune générosité (du coeur et autre) et aucune sincérité. J’écoute de plus en plus mon conjoint qui me dit « attention, tu vas encore te faire avoir ». Pour moi, j’ai décidé d’éviter au max la société en travaillant à mon compte et le plus possible par internet … »

      Idem !!! 8O
      En TOUS points (ça fait drôle de lire ce que j’aurais pu écrire, au mot près) :)

  12. enfantterrible dit :
    Rassurez vous, je suis prof de collège et je trouve également les conseils de classe très éprouvants d’un point de vu humain. De toute façon je trouve le système de note et d’évaluation également déshumanisante… mais le conseil n’est que le miroir d’une société en perte de sens et en plus en crise. Les collègues sont désabusés, tristes et en fin de trimestre les passions s’étiolent. En tant que prof d’arts plastiques ma parole importe si peu… et pourtant la sensibilité artistique d’un enfant est une composante centrale de son développement (au même titre que son esprit scientifique…). Concevez l’ensemble comme une pièce de théâtre « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs ». Je préfère le retrait de ma classe, les échanges sincères positives ou négatives avec les enfants mais qui restent sincères.
  13. Francesca dit :
    Les gens me désespèrent parfois…
    Je ne suis pas aspie, je le précise, du moins pas diagnostiquée (même si je me retrouve beaucoup dans certains aspects), mais ça ne m’empêche pas d’être très sensible à l’injustice. Elle me noue l’estomac et me donne envie de hurler. :o
    Les gens me désespèrent, et pourtant je dois être encore plus naïve que vous, car je veux croire qu’ils ne se rendent pas compte. Ils déshumanisent les autres – la plupart des autres -, parce que c’est plus simple pour eux de vivre ainsi. Parce que, dès lord que l’autre n’est plus humain, alors l’injustice n’est plus si grave. Je ne sais pas comment ils sont capables de ça – à moi, ça ne me semble même pas envisageable – mais je suis certaine que c’est le cas. Je ne peux pas envisager que les gens soient conscients des choses qu’ils font aux autres, ce serait de la cruauté pure. Bon, je vous l’ai dit, je suis très naïve, mais je refuse de croire que que les gens sont fondamentalement mauvais. Les gens sont ignorants (pour ne pas dire stupides). Ils ne se rendent pas compte.
    Ca n’est pas une excuse, ils n’ont probablement pas envie de se rendre compte, ils préfèrent regarder la vie comme elle les arrange. Mais ça veut dire aussi qu’il y a parfois moyen de les faire changer, par petite touche (pas totalement, il ne faut pas rêver tout de même), en les amenant tout doucement à comprendre ce qu’ils font (tout doucement et pas en leur mettant carrément sous le nez – déjà essayé – sinon ils se sentent agressés et se défendent en campant sur leurs positions).
    C’est bien dommage que vous n’ayez pas eu droit à la parole. A force de conseils de classes, de voir passer des dossiers d’élèves comme des numéros (je sais de quoi je parle, j’ai été prof même si je n’ai pas tenu le coup longtemps), on ne voit plus les élèves comme des êtres humains. On oublie que quand on prend une décision comme un redoublement par exemple (je sais, ce n’était pas encore le cas pour vous, mais je suis prête à parier qu’il y a déjà des élèves qu’on considère comme des cas désespérés), on prend une décision qui poursuivra une personne toute sa vie (une année d’écart dans ses études, ça ne se rattrape jamais, mais à force on l’oublie). C’est bien dommage que vous n’ayez pas pu parler, car, même si je suis sûre que vos auriez eu le sentiment de ne pas être entendue (devant les collègues, il ne faut pas perdre la face :fbpff: ), vous en auriez sans doute fait réfléchir par la suite.
    Bon, je vais peut-être arrêter ma tartine, moi, parce que quand je commence…! :fbrire:
    Tout ça pour vous expliquer pourquoi je garde encore Foi malgré tout en l’humanité. Et aussi, qu’il existe des gens formidables, qui ne sont pas capables de cette déshumanisation, même s’ils se font rare (moi-même, je n’en connais qu’une poignée, mais je ne sais pas ce que je deviendrais sans eux). Ils commettent parfois des erreurs, bien sûr (qui n’en fait pas?), mais ils les admettent, elles les touchent, ils en tirent des leçons. Ces gens là sont précieux, on ne se rend pas toujours compte à quel point. Ou plutôt, c’est quand je lis des expériences comme la vôtre que je m’en rend compte. Ces gens là valent la peine qu’on continue d’avoir de l’espoir en ce monde :love:
  14. Rajounet dit :
    Bonsoir,
    je ressens tout cela moi aussi, exactement. Et je fais le constat que je suis de plus en plus souvent confrontée à ce genre de situations ou l’hypocrisie et l’agressivité des gens prend largement le pas sur tout ce qui peut faire de nous des être humains (=valeurs humaines) :o
    Et cela me touche à chaque fois de plus en plus fort. C’est sans doute la répétition, le fait de se rendre compte qu’il ne s’agissait pas d’actes ou de personnes isolés, mais d’un fonctionnement accepté et valorisé par notre société :cry:
    Moi aussi, je ne me sents pas faire partie de ce monde et je ne sais plus comment faire pour y trouver ma place. A chaque fois que je reprends espoir et deviens positive, bam, un nouvel exemple se produit :fbho: . Et je n’ai alors qu’une envie : me cacher dans un coin pour pleurer et rester seule. Comme j’aimerais ne plus être obligée de voir et d’interagir avec des gens chaque jour! Je n’arrive pas à les comprendre, malgré tous mes efforts pour y arriver o.O
    Nous ne partageons pas les mêmes valeurs. Plus exactement, malgré qu’ils prétendent à grand bruit défendre ces valeurs, ils agissent exactement à l’opposé! Et cela n’a pas de sens pour moi. Pourquoi? Si ce n’est par égoïsme pur, je ne vois pas. Je ne trouve pas le sens à l’égoïsme (écraser les autres pour tirer son épingle du jeu quitte à bafouer toutes les valeurs humaines auxquelles je tiens) :?:
    Vraiment, je n’y comprends plus rien et j’oscille sans cesse entre volonté de m’adapter et volonté de m’éloigner de cette gangraine et d’aller vers mon idéal à moi, et peut-être entraîner ou rejoindre quelques personnes sur ce chemin. Mais qu’est-ce que c’est dur à faire! Chaque journée, chaque chose, est une lutte (je pèse mes mots). J’ai le sentiment de devoir me battre sans arrêt pour tout, même ce qui est très simple pour la plupart des gens. Pour moi, c’est le parcours du combatant. Alors, je rigole bien quand je pense à ce que j’ai appris il y a 3 mois : je suis une personne HQI! Quelle ironie! :fbrire: :fbpff:
    Mais savoir qu’il existe d’autres personnes qui ressentent, raisonnent et frissonnent comme moi, me fait du bien. Merci de partager votre vécu, je me sents moins seule, c’est déjà beaucoup.
    Et j’espère de tout coeur que le nouveau collège du Zébrion sera un cran au-dessus de celui-ci :fb;): C’est ignoble d’agir de la sorte :down:

    Marie

  15. tommasi dit :
    j”ai le sentiment de vivre beaucoup chose en commun avec ses autres commentaires,moi je fais tout pour aller de l’avant,et au résultat on me fait reculer plus vite que de la façon que je veux avancer ,et au résultat je suis plus que blaser malgré mon mental,lequel je sais est fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  :sclaus:  o.O ;) :x :xmas: :up: :table: :sick: :round: :roll: :pumpkin: :pirate: :pff: :oops: :o :love: :like: :hum: :heart: :grr: :go: :gift:  :finger: :) :fbsad: :fbrire: :fbpff: :fbnerd: :fblove :fblol: :fbhum: :fbhugh: :fbho: :fbgreen: :fbcry: :fbblue: :fbangle: :fb^^: :fb;): :evil: :down: :cry: :^^: :P :D :?: :? :-)  :( :!: 8O 8)